Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
De Page en Poésie

https://www.facebook.com/MotsDEvyALenvie/ Coucher sur le papier, taper sur un clavier, partager à l'envie Tous les mots affolants et abondants de mon esprit Pour libérer la parole et savourer la vie En espérant... toucher autrui

Et puis...

Publié le 16 Septembre 2017 par ©Evy Godey-Lassalle

Et puis...

Quand les maux
Gangrainent
Le cerveau,
Faut que ça sorte !
Faut extraire,
Faut s'défaire,

Alors...

Energie déclarative,
Force poétique,
Explosion de mots
Et création de nuit
Pour libérer l'esprit,
Le temps d'un souffle,
Le temps d'un répit,
Un moment,
Une instant,

Et puis...

©Evy Godey-Lassalle, 15/09/2017

commentaires

Nocturiale

Publié le 14 Septembre 2017 par ©Evy Godey-Lassalle dans Poésie courte

Nocturiale

A la beauté

Des étoiles,

Répond la tristesse

Ténébreuse

De la nuit

Qui fascine,

Qui effraie,

Vivante

Et tumultueuse.

 

Et les cris se perdent

Dans l'infini sombre.

 

©Evy Godey-Lassalle, 14/09/2017

commentaires

Si seulement

Publié le 13 Septembre 2017 par ©Evy Godey-Lassalle dans Poésie longue, Société, Nature, Vie

Si seulement

Si seulement on pouvait remonter le temps
Couper court le fil sordide des événements
Si seulement, si seulement
La vie pouvait être un long fleuve tranquille
Loin du tumulte de nos peurs imbéciles
Si seulement, si seulement
Les armes crachaient des bouquets de fleurs
Et qu'on oubliait le parfum des horreurs
Si seulement, si seulement
Les flots de larmes versées au pied des murs
Asséchaient les plaies et les meurtrissures
Si seulement, si seulement
L'eau du fleuve coulait au Val clair et pur
Dans la douceur et le respect de Dame Nature
Si seulement, si seulement
Les mains ennemies se serraient avec franchise
Et sauvaient ours polaires et blanche banquise
Si seulement, si seulement
Les saisons tournaient les pages apaisantes
Des paysages infinis des amours renaissantes
Si seulement, si seulement
Les coeurs se couchaient dans le tendre écrin
D'un velours de rose au creux des matins satin
Si seulement, si seulement
Le souffle vital ensemençait les vents chauds
D'un courant solidaire, humaniste et beau.
Si seulement, si seulement
L'Homme partageait son génie exceptionnel
Pour une Humanité unie et plus fraternelle
Si seulement, si seulement
On croyait encore fort aux belles utopies
Pour transformer nos enfers en Paradis !

Ah si seulement !
On avait encore le courage du petit enfant
Qui un matin se lève et sûrement va de l'avant.

Evy Godey Lassalle, tous droits réservés, 12/09/2015

commentaires

Désolation

Publié le 13 Septembre 2017 par ©Evy Godey-Lassalle dans Poésie courte

Désolation

Soufflée par le vent,
La bougie
Perd
Sa flamme

Et la nuit
S'installe,
Chape au-dessus
De la Lumière d'antan,

Désolation

©Evy Godey-Lassalle, 11/07/2017

commentaires

Et ainsi va la vie

Publié le 2 Septembre 2017 par ©Evy Godey-Lassalle

Et ainsi va la vie

Ca racle le fond de la gorge,

Et ça pique les yeux,

l'amertume des départs !

 

Ca noue l'estomac

Et ça plombe les cœurs,

la peur de l'inconnu !

 

Ca forge le caractère

Et ça brise l'enfance,

la déchirure des adieux !

 

Et ainsi va la vie

Quand tout est fini,

Ainsi va le temps

Qui vole l'instant,

Et demain avance

Du pas de l'errance,

Et le rêve renaît

Avec ou sans l'effet.

 

©Evy Godey-Lassalle, 02/09/2017

 

 

 

commentaires

Rideau !

Publié le 2 Septembre 2017 par ©Evy Godey-Lassalle

Rideau !

Le silence est bien lourd quand tout s'arrête,

Lourd comme les cœurs à la fin de la fête,

Reste la mélodie d'une petite chanson

Qu'on aime bien même si elle touche

Nos petites âmes au plus profond,

Reste le goût des mots sur nos bouches

Qui pleurent ou rient à l’unisson,

Restent les souvenirs d’avoir construit

Avec candeur un peu d’esprit

En bonne compagnie !

Le rideau est tombé,

Les lumières se sont tues,

Les saltimbanques ont démonté

Les décors et libéré les rues,

Puis ils s’en sont allés

Par d’autres chemins,

Puis ils se sont quittés,

Pensant au spectacle prochain,

Chacun a repris sa route

Vers son horizon,

Fredonnant la petite chanson

Le cœur apaisé sans doute.

 

©Evy Godey-Lassalle, 02/09/2017

commentaires

Comme il est beau le spectacle vivant,

Publié le 2 Septembre 2017 par ©Evy Godey-Lassalle

Comme il est beau le spectacle vivant,

Comme il est beau le spectacle vivant,
Comme il est plein de sens,
Comme il bouscule nos évidences !
C'est pour mieux t'enseigner mon enfant !

Te montrer les travers de la vie
Et les bons choix aussi,
Te donner à repenser les espoirs
Et les leçons de l'Histoire,
Te pousser à crier ton amour du monde
Débarrasser du requin et des autres immondes,
C'est pour mieux faire réfléchir les maîtres
Dont on fait trop souvent des marchands d'ânes,
C'est pour mieux faire renaître
La lumière au cœur du profane,
C'est pourfendre la nuit de la pensée unique
Pour mieux faire caguer les vieux cyniques

Comme il est beau le spectacle vivant
Quand il fait grandir les enfants !

Et réfléchir les plus grands.

©Evy Godey-Lassalle, 1/09/2017

commentaires

Au théâtre

Publié le 2 Septembre 2017 par ©Evy Godey-Lassalle

Au théâtre

Coucher avec le cœur sur le papier
Le joli conte d'enfant rêvé,
Imaginer la vie du bois flotté

Passer, aux heures chaudes de la saison,
Du temps sans regret, ni concessions
Pour donner corps au garçon

Dessiner sur les murs à la craie
Quelques fleurs et trois portraits
Se donner au silence et contempler.

Répéter, unis, les jeux d'acteurs
Et assurer le spectacle avec ferveur,
Comme une certaine image du bonheur.

Suivre avec confiance dans le noir
Les comédiens guides d'un soir,
Et s'éprendre de la belle histoire

Poser de la lumière sur les mots,
Écouter, s'émerveiller de l'écho
Et se dire : que c'est beau !

Etranges pouvoirs du pantin,
Captant au détour d'un jardin,
Les âmes et les coeurs enfantins.

Étrange affaire que ce Pinocchio !
Naissance dans nos voix de trémolos
Et d'idées fortes sous nos chapeaux.

Evy Godey Lassalle, tous droits réservés, 30/08/2017

commentaires

Enfant des rues

Publié le 2 Septembre 2017 par ©Evy Godey-Lassalle

Au coin de la rue,
Là-bas tout au loin,
Le regard ému
Au visage du gamin,
Il a le sourire qui pétille
Et comme un air de famille
Qu'ont tous ces enfants des rues
Que l'on croit perdus.

Pourtant ils chantent à corps et à cris,
Esquintés par la vie,
Leurs envies de liberté,
De tendresse et d'humanité,
Tous ces gavroches et poulbots
Sur les barricades d'Hugo,
Dans les rues mortelles de Kinshasa
Sur les trottoirs d'Haïti ou ceux de Cuba.

Les siècles déroulent leur ennui,
Le monde s'enfonce dans la misère
Et les gamins triment pour leur survie,
Dans le dénuement de leur ordinaire
Au coin de la rue
Là-bas, tout au loin
Sans espoirs déçus,
Bercés de rêves pour demain..

©Evy Godey-Lassalle, 29/08/2017

commentaires

DESSINER SUR LES MURS

Publié le 2 Septembre 2017 par ©Evy Godey-Lassalle

DESSINER SUR LES MURS

Dessiner sur les murs,
Avec l'imagination du petit enfant,
Même devenus grands,
Entendez vous les murmures
Des belles histoires contées,
Venues d'un temps jadis enchanté ?
Un univers peuplé d'un vieux menuisier,
D'ânes et de pantins articulés,
D'une bûche devenue garçon,
Qui se cherche et cherche sa maison
Et le voyage et ses tourments
Le font grandir au fil du temps.
Et le pantin fait homme
Est bien humain en somme,
Comme tous les gens qui doutent,
Car en cette fin du mois d'août,
Il apprend la complexité de la vie
Avec ses joies, ses peines, sa folie,
Ses rires, ses larmes et ses soucis.
Moi, je continuerai à dessiner sur les murs
Dont j'aime tant les fous murmures,
Pour un soir, un moment, une éternité,
Celle qui sied aux contes sans fées.

©Evy Godey-Lassalle, 28/08/2017

commentaires

Publié le 22 Août 2017 par ©Evy Godey-Lassalle dans Poésie courte, Histoire, Société

A l'aube des ères,
La révolution gisait
Au bord du chemin

©Evy Godey-Lassalle, 22/08/2017

commentaires

Publié le 22 Août 2017 par ©Evy Godey-Lassalle dans Poésie courte, Amour, Nature

La nuit endormie,
L'ombre féline se donne
Au regard de lune

©Evy Godey-Lassalle, 22/08/2017

commentaires

Publié le 22 Août 2017 par ©Evy Godey-Lassalle dans Poésie courte, Vie, Amour

Clins d'oeil éphémères
Et sourires bonhommes
Soutiennent les coeurs

©Evy Godey-Lassalle, 22/08/2017

commentaires

Publié le 22 Août 2017 par ©Evy Godey-Lassalle dans Poésie courte, Vie, Amour

Furtifs frôlements
Et mains caressantes
Posent sur les âmes
Des flocons douceur

©Evy Godey-Lassalle, 23/08/2017

commentaires

Bohemian poetry

Publié le 20 Août 2017 par ©Evy Godey-Lassalle dans Poésie longue, Vie, Mort

Bohemian poetry

La vie de bohème
Sur les envies qu'on sème,
Sur le chemin des migrants
Qui partent en espérant
La bohème toujours et encore,
L'Espoir est plus fort,

La bohème des amours
Qui disparaissent un jour,
La bohème des souvenirs
Qu'on ne veut pas trahir,
La bohème au bord des yeux
Quand viennent les adieux,
La bohème au paradis
Quand tu es parti,

Bohémienne de ce monde,
La Mort vagabonde
Fauche les vies,
Les envies,
L'amour,
Fauche les jours,
Les souvenirs
Sans prévenir,

Et les yeux pleurent les adieux.

©Evy Godey-Lassalle, 20/08/2017

commentaires

Instants éphémères

Publié le 20 Août 2017 par ©Evy Godey-Lassalle dans Poésie longue, Amour, Vie

Instants éphémères

Il a l'âme slave,
Il s'emporte,
Mélancolique esclave
Des amours mortes,

Elle a l'âme tourmentée,
Elle pleure, elle rit
A l'étroit, étriquée
Dans sa petite vie,

Il marche tête baissée,
Les mains dans les poches,
Perdu dans ses pensées,
L'actu est vraiment moche,

Elle court sous la pluie
Pour tenter d'échapper
A cet été d'ennui,
Solitaire et frisquet,

Il ne voit pas la belle,
Elle court à perdre haleine,
Ils se bousculent dans la venelle,
Et se frôlent à peine,

Quelque chose a changé pourtant,
Il redresse la tête, se tourne un peu
Confuse, elle lui sourit longuement,
Son âme slave sombre dans ces yeux.

L'instant n'a pas duré,
Les beaux yeux sont repartis
Mais son coeur a chantonné,
Pas si moche que ça la vie.

L'instant n'a pas duré,
Elle est repartie ingénue
Mais son coeur a regretté
De n'avoir pas parlé à l'inconnu.

Les instants éphémères
Sont ceux que je préfère
Ils laissent la porte ouverte
A ce qui aurait pu être.

©Evy Godey-Lassalle, 18/09/2017

commentaires

Barcelone

Publié le 17 Août 2017 par ©Evy Godey-Lassalle dans Poésie courte, Guerre, Société

Barcelone

Sous les platanes
En pleurs,
Les larmes
De l'avenue
Déchirent
Les coeurs,
Et dans le soir,
Montent la clameur
Du chagrin
Et les lamentations
De l'impuissance.

©Evy Godey-Lassalle, 17/08/2017

commentaires

Publié le 17 Août 2017 par ©Evy Godey-Lassalle

Bûche bien sculptée,
Le pantin s'éveille aux mains
Du marionnettiste

©Evy Godey-Lassalle, 15/08/2017

commentaires

Publié le 17 Août 2017 par ©Evy Godey-Lassalle dans Poésie courte, Guerre, Société

Démence enragée
Des bombes textuelles larguées
Sur le Grand Chaos

©Evy Godey-Lassalle, 17/08/2017

commentaires

Publié le 17 Août 2017 par ©Evy Godey-Lassalle

Taillés dans le vif,
A grands coups de canif,
Les mots saignent,
Les vers transpirent,
La poésie gémit,

Taillés avec précision,
A grands coups d'émotion,
Les rimes chavirent,
Les sons enivrent,
Le poème transporte,

Taillés dans l'écorce,
A grand coup de force,
Le discours se noue,
La parole s'aventure,
Le poète s'engage

Taillés dans les veines,
A grand coup de haine,
L'écriture se déchire,
Les bourreaux torturent,
L'artiste souffre.

Et un monde s'évanouit
Comme tombe la nuit.

©Evy Godey-Lassalle, 15/08/2017

commentaires
1 2 3 > >>