Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
De Page en Poésie

https://www.facebook.com/MotsDEvyALenvie/ Coucher sur le papier, taper sur un clavier, partager à l'envie Tous les mots affolants et abondants de mon esprit Pour libérer la parole et savourer la vie En espérant... toucher autrui

Publié le 17 Octobre 2017 par ©Evy Godey-Lassalle

Sous la bise fraiche
D'une douce nuit,
Les voiles s'animent
Aux fenêtres,
Au coeur du bel été
Indien.

Mais les voiles sont
Noirs
Et le tempo funèbre !

©Evy Godey-Lassalle, 16/10/2017

commentaires

Publié le 15 Octobre 2017 par ©Evy Godey-Lassalle

Dans la fange humaine,
Le bon et le juste
Se noient.
Leur esprit
Disparait
Dans la vase putride
De nos obscénités,
L'Humanisme
Est rongé
Par la vermine
De nos mensonges,
Les bonnes volontés
Se décomposent
Dans la moiteur cadavérique
De nos silences,

Et dans cette puanteur,
Le monde agonise.

Personne n'écoute
Les gémissements
De l'Humanité estropiée
Dans son tombeau
A ciel ouvert.

©Evy Godey-Lassalle, 15/10/2010

commentaires

Publié le 14 Octobre 2017 par ©Evy Godey-Lassalle

Les poussières
D'étoile
Nuagent
Les particules
De ma toile

Dans un souffle,
Tout s'efface,

Et la lumière
Eclaire
Le voyage

©Evy Godey-Lassalle, 13/10/2017

commentaires

Au sommet de son roc

Publié le 12 Octobre 2017 par ©Evy Godey-Lassalle

Au sommet de son roc

Dans la tempête, au sommet de son roc,

Opiniâtre et pugnace, la vigie surveille

Les monstres qui sommeillent,

N'attendant qu'un choc

Pour réveiller leurs instincts

Et anéantir l'Humain.

 

Qui est cette vigie militante ?

Toi et moi, mon ami,

Nos enfants, nos voisins,

Tous les esprits avertis,

Tous les cœurs citoyens

Que l'Humanisme enfante.

 

Et la lutte tenace, avec bravoure,

Sauvera les vestiges de l'Amour !

 

Et l'Humanité un temps prisonnière

Sera libérée du monstre Misère !

 

©Evy Godey-Lassalle, 12/10/2017

commentaires

Le temps joue contre nous

Publié le 12 Octobre 2017 par ©Evy Godey-Lassalle dans Mort, temps, Vie

Le temps joue contre nous

Eternel et insoumis,
Le temps joue contre nous
Mortels et indécis,
Il nous met à genoux

Et les pleurs ne changent rien
Aux embûches sur le chemin,
Miné par le temps et ses alliés,
Maladie, connerie et versatilité.

Eternel et insoumis,
Le temps mène la partie.
Mortels et indécis,
Il contrôle nos vies

Et il sème des malheurs
Dans nos jardins affectifs,
Colère, tensions et douleurs
Dans nos coeurs émotifs.

Éternels et insoumis,
Nous échappons au temps
Mortel et indécis,
Quand vient le dernier instant.

©Evy Godey-Lassalle, 11/10/2017

commentaires

Exclusion

Publié le 11 Octobre 2017 par ©Evy Godey-Lassalle dans Poésie longue, Société

Exclusion

Dans la cour d'une école
Sans bancs,
Ils sont là réunis
Quelques enfants.
Ils boivent les paroles
S'échappant
Des palabres infinies
De leur cher enseignant.
Ils sont l'espoir
De leurs parents,
La chance de voir
L'avenir autrement.

Et la petite troupe
Rit et écoute,
Sans voir passer,
Courbant l'échine
Sur la parcelle voisine,
Les fillettes harassées
Par leur dure journée.

Elles ne sont que des bras
Pour travailler,
Des corps ingrats
A marier,
Des bouches de plus
A nourrir,
Des esprits qu'on tient reclus
Jusqu'à mourir.

Elles sont exclues
De l'école sans bancs,
Parias parmi les enfants,
Victimes des pires traditions,
Elles sont exclues
Des droits à l'éducation.
Elles subissent la malchance
Des hasards de leur naissance.

Et nous, confortablement assis
Sur les bancs de nos écoles,
Qu'attend-t-on aujourd'hui
Pour défendre leur parole ?

©Evy Godey-Lassalle, 10/10/2017

commentaires

Publié le 10 Octobre 2017 par ©Evy Godey-Lassalle dans Poésie courte

Au coin du ciel gris,
Perle une larme immobile,
Suspendue au temps.

©Evy Godey-Lassalle, 9/10/2017

commentaires

Automne espagnol

Publié le 10 Octobre 2017 par ©Evy Godey-Lassalle

Automne espagnol

Quand sur le bitume
Défilent les symboles
D'un peuple en colère
La rue occupée hume
Sous les banderoles
Les parfums et les airs
De l'insoumission
Et entonne la chanson
D'un fol espoir chimérique
Dans les coeurs utopiques
Un rêve, inspiration idéale,
D'une indépendance catalane
Marges d'une Europe en panne,
Pétrifiée par l'immobilisme fatal.

Alors, sur le bitume
Défilent les idoles
D'une province en ébullition
Et la rue s'enfume
Sous les banderoles
Des envies de séparation.

Entre sac et ressac, l'Histoire
Nourrit la peur dans nos mémoires.

©Evy Godey-Lassalle, 09/10/2017

commentaires

Le poète

Publié le 5 Octobre 2017 par ©Evy Godey-Lassalle

Le poète

Tabouret en guise de chevet,
Piles de livres branlantes
Et lumière vacillante,
Chambre à modique loyer,

Voilà tout l'univers pauvret
Du poète inconnu et désargenté.
Mais qu'importe la dure bohème
Puisqu'il vit de ce qu'il aime !

Il dévergonde son imagination
A chaque vers, chaque pagination,
Il éclaire les lanternes de son esprit.
A chaque souffle poétique, il est en vie.

Voilà tout l'amour insensé
Du poète fantaisiste et envoûté.
Et qu'importe l'indifférence du coeur
Désiré puisqu'il nourrit ses douleurs !

Il pleure les affres mélancoliques
Des sentiments perdus, des rêves
Espérés. Il geint, agonise et crève
De ces douces respirations lyriques.

Voilà tout le paradoxe démentiel
Du poète créatif et inspiré.
Et qu'importe s'il s'y brûle les ailes
Puisque chaque fois il renaît !

©Evy Godey-Lassalle, 29/09/2014

commentaires

Rêves de cosmos

Publié le 5 Octobre 2017 par ©Evy Godey-Lassalle

Rêves de cosmos

La tête perdue dans les étoiles,

Le nez endormi sur son cahier,

Il rêve de voyage et de voiles

Pour partir au loin naviguer.

Elève forcé, bien piètre écolier,

Rêveur d'espace et de cosmos,

Le cancre, contraint, bosse.

Et quand il rejoint la rue,

Ses assourdissants murmures,

Doué, il s'applique avec vertu

A dessiner au noir sur les murs,

Ses rêves de cosmos en messages poétiques

Au regard des passants, émouvante esthétique.

 

©Evy Godey-Lassalle, 05/10/2017

commentaires

Ball Trap à Vegas

Publié le 3 Octobre 2017 par ©Evy Godey-Lassalle dans Société, Poésie longue, Mort

http://www.lexpress.fr/actualite/

http://www.lexpress.fr/actualite/

Dans la folie
D'un monde
Sans foi,
Ni loi,
Les balles fauchent
Et mitraillent
Sur un air de country.
Et la Folie
Féconde
Sans repère,
Ni droit,
Enfante le désarroi
Et la misère
Qui poussent l'homme
A exterminer ses frères.

Devenu loup-sniper,
Il déverse ses peurs
En mille éclats
Qui s'abattent en bas

Et dans les cris
Assourdissants
S'éteint la vie
Au cœur des présents

Dans la folie
D'un monde
De rancœurs,
Sans honneur,
La mort s'invite
Au bal sanglant
Sur un air de country.
Et la Folie
Immonde,
En secret,
Sans regret,
Emporte le souffle
Cruel et diabolique
Qui disparaît, cynique,
Au fond de son gouffre.

Alors, le monde pleure,
Effrayé au petit matin,
Et oubliera l'horreur
Dès que paraîtra demain.

©Evy Godey-Lassalle, 02/10/2017

commentaires

Publié le 3 Octobre 2017 par ©Evy Godey-Lassalle dans Poésie courte, Nature

Le ciel
Pleure
Et le jardin
Déprime.

©Evy Godey-Lassalle, 01/10/2017

commentaires

Quand trop il y a

Publié le 30 Septembre 2017 par ©Evy Godey-Lassalle

Quand trop il y a

A trop offrir,

A trop écrire,

On galvaude l'offrande,

On s'égare en carte du Tendre

 

A trop vouloir,

A trop s'émouvoir,

On s'oublie en haute voltige

On s'effraie des vertiges

 

A trop attendre,

A trop s'épandre,

On navigue en eaux troubles,

On naufrage son double

 

A trop philosopher,

A trop penser,

On excite les corbeaux

On flatte les ego

 

A trop conquérir,

A trop se trahir,

On guerroie contre les cœurs

On s'apitoie sur son malheur

 

Quand trop il y a

Peu importe le pourquoi

Quand trop il y a

On perd la foi

 

Alors est venu le temps

De raccrocher les gants

Comme un lutteur vieillit

Comme une plume blanchit

 

Alors est venu l'instant

De prendre son temps

Comme l'oiseau s'envole

Comme la rime console

 

Si la passion s'évapore

Si la raison nous dévore

Reste parfois le plaisir

Hédoniste de tout offrir.

 

©Evy Godey-Lassalle, 20 mai 2015

commentaires

Recette d'une alchimie de l'oubli

Publié le 30 Septembre 2017 par ©Evy Godey-Lassalle dans Amour

Recette d'une alchimie de l'oubli

Inhumer les fous désirs bonheuricides

Domestiquer les doux fantômes placides

Délayer vivement les graves douleurs

Dans un nuage acide sans couleur

Dépecer les âmes blessées devenues glaciales

Et extirper la force vive et vitale

Fermer le cœur fragile dans un écrin

Le laisser se noyer dans son chagrin

Parsemer de quelques souvenirs pimentés

Au préalable finement hachés

Arroser d'un flot de larmes attendries

Et couvrir à hauteur d'un amour ému

Débarrassé de toute passion ingénue

Laisser flétrir au jus de mélancolie

Se regarder bien en face dans la glace

Admettre que Jeunesse se passe

Clore les yeux aux sourires qui s'effacent

Ne plus pleurer les Oiseaux disparus

Et rester sourd aux hyènes entendues

Régler la minuterie obsédante sur l'infini

Et laisser faire le temps... longtemps !

Jusqu'à se perdre entre après et avant

Et quand aura passé toute une vie

Respirer à pleins poumons les fleurs de l'oubli

 

©Evy Godey-Lassalle,  septembre 2013

commentaires

Haro sur l'affreux angelot !

Publié le 30 Septembre 2017 par ©Evy Godey-Lassalle dans Amour

Haro sur l'affreux angelot !

Demain, c'est l'ouverture de la chasse.

J'offre une prime bien grasse

A qui dégommera Cupidon,

Ce sale gosse joufflu et maladroit,

Ce petit garnement fripon

Même pas fichu de tirer à la fois

Deux flèches à cœur au bon endroit !

Ça fait une Humanité que les cœurs saignent

A cause des facéties de cette teigne !

C'en est assez !

Ça a assez duré !

Pour la paix de tous les cœurs

Qui veulent juste un peu de bonheur,

Tayo tayo tayo !

Qu'importe l'écho,

Haro sur l'affreux angelot !

 

 ©Evy Godey-Lassalle,  septembre 2013

commentaires

Sans ambiguïté

Publié le 30 Septembre 2017 par ©Evy Godey-Lassalle dans Poésie longue, Amour

Sans ambiguïté

Aborder doucement ton île,

Mouiller au havre tranquille,

Etre ta belle maritime

Le temps d’une parenthèse,

Un moment léger et intime

Sans ambigüité, juste l’hypothèse

D’un doux rêve de brise charentaise.

 

Explorer l’exégèse appliquée

De ton esprit subtil, naufragé

Volontaire dans l’impossible fusion,

Abandonner mon cœur frémissant

Aux chants des monstres marins hurlant

Sans ambiguïté, juste la respiration

D’un rêve fou de fortes émotions.

 

Caresser les voiles fragiles

Des instants opalescents et secrets,

Offrir mes trésors indélébiles

Au corps aimant du marin blessé,

Le temps fugace d’une nuit étoilée

Sans ambigüité, juste l’emphase

D’un rêve flou sans extase.

 

Quitter tes terres accueillantes,

Prendre le large, voguer sur l’océan,

Nos vieilles habitudes distantes,

Nos silences aux confins du néant

Ensablent la baie béante

Sans ambigüité, juste le cœur

D’un rêve frôlé sans bonheur.

 

©Evy Godey-Lassalle,  20 août 2014

commentaires

Déposition charnelle

Publié le 30 Septembre 2017 par ©Evy Godey-Lassalle dans Amour

Déposition charnelle

Des pauses osées,
Des poses osons !
Des positions
Décomplexées.
Dès qu'on se plait,
On en espère,
On en suppose,
On en suggère,
Et on en ose.
Corps affamés,
Cœurs affolés,
Délits fiévreux
Des lits heureux,
Déposition charnelle
Pour aveux amoureux,
On en quémande,
On s'amourache,
On s'attache,
On en redemande,
Larmes versées,
Plaisirs consommés,
Sensualité vibrée
Que nos sens
Encensent.
Rouge confusion,
Rouge vermillon
Des sens sans dessus,
Sans dessous, à nu,
De positions assumées
En poses rêvées,
Des pauses osées.

©Evy Godey-Lassalle, 30 septembre 2014.

commentaires

Le chant des étoiles

Publié le 30 Septembre 2017 par ©Evy Godey-Lassalle

Le chant des étoiles

Le chant des étoiles
Accompagne
Le hibou
Et la nuit s'emplit
De ses cris
Qui effraient
Ou rendent fou.
Alors,

La nuit se fait silence,
Des nuages voilent
Le champ des toiles
Où s'inscrit l'absence,
Et puis,

Le chant des étoiles
Berce
Le fou
Qui emplit la nuit
De la poésie,
Qui apaise
Son malaise.

©Evy Godey-Lassalle, 28/09/2017

commentaires

Dans l'oeil du cyclone

Publié le 30 Septembre 2017 par ©Evy Godey-Lassalle

Dans l'oeil du cyclone

Dans l'oeil du cyclone,
Le calme terrifie,
Le silence effraie
Les hommes pantois et atones
Au coeur d'un répit
Qu'ils savent compté,

Dans l'oeil du cyclone,
On fait le point,
On renforce les protections
Contre l'ouragan qui tonne
Tout près, il revient
Balayer les convictions,

Quand la vie tourne au cyclone,
On appréhende l'accalmie,
On se méfie du silence,
On craint le retour qui assomme,
Qui détruit à l'envi
Les ruines de nos existences.

Et comme au coeur des tourments,
On tient la main qui se tend,
On ravale ces sanglots,
Pour faire face au mauvais vent,
On ferme les yeux un instant
Pour se souvenir comme c'était beau !

©Evy Godey-Lassalle, 27/09/2017

commentaires

Mirages

Publié le 26 Septembre 2017 par ©Evy Godey-Lassalle

Mirages

Tirée à quatre épingles,
La toile tendue
Dévoilent
Des auréoles
De temps perdu,

Et battent au vent
Les étoiles filantes
Points de lumière,
Points millénaires,
D'un passé révolu,

Alors, noyée dans l'amer,
La foule tondue
Bêle
Les psaumes
D'un monde disparu.

©Evy Godey-Lassalle, 25/09/2017

commentaires
1 2 3 4 5 > >>